Accueil | Blog | LPOWER : créez votre propre modèle d’accomplissement (1/3)

LPOWER : créez votre propre modèle d’accomplissement (1/3)

Ce n’est pas tant écrire le livre que de franchir le cap de partager ces mots publiquement qui a été le plus grand défi. Ces mots, qui se sont enchaînés avec cœur et instinct, sont le reflet des valeurs, expériences et apprentissages que je souhaite profondément incarner chaque jour… et transmettre.

Et si on disait stop au stress et à une vie en pilotage automatique ? Femme, mère, professionnelle, toutes ces casquettes se mélangent et nous épuisent. Mais au fond je veux quoi moi ?

LPOWER : créez votre propre modèle d’accomplissement, c’est le livre qui parle de ce jour où vous, moi, avons décidé de nous réapproprier notre énergie et le leadership de notre vie. Vous avez le pouvoir de créer la vie que vous méritez.

J’ai longtemps cru que la vie devait être faite de renoncements. Je n’assumais pas mes ambitions de vie, ni la personne que je voulais vraiment être. Pourtant en apparence j’avais tout… jusqu’au jour où ma santé m’a rattrapée, en me mettant à terre. Une épreuve difficile mais salvatrice ; à la fois si banale et unique en son genre, cela a été le catalyseur de deux années de recherches, de découvertes et d’apprentissages en quête d’une vie qui fasse sens. Et non : les sacrifices ne sont pas indispensables à l’équation !

Ce livre, c’est la synthèse de près de 3 années d’introspection, de recherches, et d’échanges qui ont abouti à cet itinéraire, à la fois introspectif et de mise en action. Je vous propose de décrypter et mettre en pratique avec le workbook qui l’accompagne les quatre grandes étapes de ce cheminement sur-mesure : Accepter, Réinitialiser, Préparer et Agir.

Et c’est avec un mélange de fierté, d’humilité, d’excitation et de peur que je vous partage ici sur le Blog la première partie : Accepter – Guérir du passé, ce n’est pas l’oublier.

Retrouvez chaque dimanche d’août en exclusivité un nouvel extrait de mon livre LPOWER ici sur le Blog, avant sa parution prochaine!

Chapitre 1 : Les Croyances (extrait)

Le bon moment & les bonnes personnes

Le principal obstacle que nous rencontrons dans ce processus de découverte de soi-même et de développement personnel, c’est la confusion entre ACCEPTER et RENONCER.

Mais avant toute chose, reprenons depuis le début.

Comment en arrive-t-on au développement personnel ?

Est-ce réservé à une petite catégorie de personnes perchées qui vivent dans leur bulle ?

Qu’est-ce que je peux en retirer, moi, dont la situation est si particulière ?

Est-ce que je ne risque pas de tomber sur des charlatans ou des gourous ?

Et finalement, peut-être que mes difficultés passeront toutes seules, il suffit que je patiente non ?

Et qui je suis, moi, pour penser que je peux avoir plus dans la vie ?

Ces questions vous vous les êtes probablement posées, ou des similaires. Je ne fais pas non plus exception, je me les suis posées ainsi que 3000 autres, sur le sens de la vie, mes aspirations, à tenter de comprendre le pourquoi de tout sans avoir de réponses… Je sentais qu’il fallait que je fasse vraiment le point sur ma vie, sur cet espace (ce gouffre !) entre mes aspirations plus ou moins conscientes et la réalité que je vivais chaque jour. Pourtant j’entretenais en même temps beaucoup de défiance, voire même d’arrogance, vis-à-vis de tout ce qui avait trait au développement personnel, à la paix intérieure, au Bonheur. Me disant que je savais ce qu’il me fallait. Que cela ne reposait sur rien de vraiment scientifique et par conséquent ce n’était que du blabla fait pour rassurer certaines personnes en manque de repère.

Clairement, si j’avais ouvert un livre ou écouté un audio de développement personnel avec cette mentalité, cela aurait été une perte de temps certaine. Cette approche, je ne la juge pas, puisqu’elle m’a été utile une grande partie de ma vie. Et, nous le verrons un peu plus loin dans ce chapitre, c’est tout le travail à faire sur nos croyances, nos schémas de pensées : apprendre à les analyser avec un regard neutre, pour conserver celles qui nous servent et ajuster voire se débarrasser de celles qui ne nous sont plus utiles ou néfastes.

Chaque personne a ses propres raisons d’en arriver au développement personnel. Et en même temps, il en est une commune : des circonstances de vie nous poussent, à un moment pivot, à chercher une meilleure version de soi. J’ai failli écrire la meilleure version ; mais il n’y en a pas qu’une. Il y a toujours des alternatives. Il existe autant de façons d’y arriver que d’individus. Toutefois, pour trouver le meilleur de soi-même, et changer son schéma de pensées, il nous faut des modèles. Il faut de la ressource pour nourrir notre réflexion, l’accompagner dans sa maturation, s’approprier les concepts qui nous parlent, délaisser ceux qui ne nous inspirent pas ; et surtout, les mettre en pratique.

La vie réside dans l’action, et c’est je crois ce qui m’a poussée à devenir Coach : je veux accompagner mes clientes dans le passage à l’action pour traduire en faits, en agissements, toutes les réalisations que nous aurons faites ensemble. Bien sûr nous pouvons aussi choisir d’avancer seuls, et à certains moments il est nécessaire de s’auto-responsabiliser dans son cheminement intérieur.

Mais comme pour tout apprentissage autodidacte, le chemin peut être encore plus tortueux qu’il ne le serait déjà à la base ; au risque de se décourager face à la difficulté. Mais aussi de stagner, rester bloquée dans une situation ou réflexion, à défaut de pouvoir être challengée par une vision extérieure bienveillante. En effet, le développement personnel est un processus très intime qui peut remettre beaucoup de croyances en question ; et dans ces situations nous avons besoin de pouvoir démêler ces entrelacs sans être non plus influencée par les propres croyances et projections de nos interlocuteurs… tout un art sur lequel nous reviendrons !

Les croyances

Dans la culture collective, la notion de croyance se réduit très souvent à la religion. Et quand on ouvre sa définition sur l’aspect simplement moral ou psychique de ce terme, il n’est pas rare que cela entraîne une forme de rejet, se défendant d’être sous l’entreprise de dogmes quels qu’ils soient. Pour une fois, je me réfèrerais à Wikipédia (allez j’assume !) qui de manière très intéressante oppose à la croyance, l’esprit critique. Or personne n’aime admettre que d’une façon ou d’une autre il ou elle aura intégré des pensées à son insu, d’avoir été en quelque sorte « manipulé ». Ainsi, l’égo sera parmi les premières barrières dans la liste des freins.

La croyance se réfère donc à ce processus mental qui amènera une personne à adhérer et percevoir des opinions, des hypothèses, comme vérité absolue, indépendamment des faits (ou de leur absence) qui confirmeraient ou infirmeraient cette opinion ou hypothèse.[1]

Dans l’ensemble, une personne qui n’a pas encore eu de période d’introspection aura tendance à croire qu’elle est en pleine possession du contrôle de ses pensées, tout en se considérant comme victime des situations qu’elle pourra vivre. Il peut nous être ainsi très difficile d’admettre que même (et surtout) arrivés à l’âge adulte, nous puissions nous trimballer des bagages (systèmes de pensées) depuis l’enfance sans que l’on s’en soit aperçu !

Faisons un exercice, voyons si vous arrivez à distinguer ce qui relève du fait, ou de votre croyance personnelle :

  • Je suis timide
  • Gagner de l’argent demande des sacrifices
  • La finance (ou le Marketing, ou la Pétrochimie…) est un monde égoïste
  • La religion est la cause des guerres
  • Les problèmes de dos sont un problème de santé publique
  • Réaliser son projet de rêve demande du courage
  • Je ne suis pas faite pour être chef d’entreprise
  • Il pleut toujours en Bretagne de toute façon
  • Il pleut
  • Les enfants uniques sont égoïstes
  • Le plastique est un fléau

Finalement il y a peu de vrais faits, indiscutables, étayés, non ?! J’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à trouver des faits généralistes, sans directement tomber dans des chiffres ou des statistiques.

Or comme l’écrit avec tant de pertinence Louise Hay « Nous avons presque tous de fausses images de nous-mêmes, ainsi que de très nombreuses conceptions rigides sur la vie »[2]. Ce sont pourtant ces schémas de pensées qui vont influencer la manière dont nous réagissons au quotidien à toutes les sollicitations que l’on reçoit ! Ainsi l’impact de nos croyances est très grand, et quand nous découvrons ce fonctionnement, nous pouvons avoir ce sentiment de perdre notre libre-arbitre, qui pourtant nous est si cher. Ce sera un deuxième obstacle à surmonter, qui me fait penser à la scène du choix entre Morpheus et Neo dans Matrix. (Oui je suis une énorme fan de science-fiction et d’anticipation qui portent souvent un message philosophique très grand – et puis bon … Keanu Reaves… enfin je m’égare !). Dans cette scène donc, Neo doit choisir entre la pilule bleue et la pilule rouge, affronter les conséquences de cette révélation, pour s’ajuster et vivre en intégrant ce nouveau paramètre ; où choisir de se voiler la face et de retourner dans cet état d’ignorance, portant ce mal-être qu’il n’explique pas mais dans un mode de vie somme toute confortable en apparence.

On rencontre déjà cette notion de choix. Notre cheminement intérieur commence par un choix : choisir d’avancer en acceptant notre point de départ – quel qu’il soit – ; ce que nous sommes et que nous avons de la marge de progression ; ou rester là, au point de départ.

La bonne nouvelle (et j’en ai de nombreuses à partager au fil des pages !) c’est que ce processus n’est pas une course, il n’est pas question de performance. Nous pouvons rester sur le point de départ aussi longtemps que nous en avons besoin. Tant que nous n’avançons pas, c’est que nous ne sommes pas prêts, point. Déjà accepter ceci relève d’un véritable élèvement dans la perception que nous avons de nous-mêmes, perception souvent critique voire même injuste.  Nous sommes généralement bien plus durs avec nous-mêmes qu’avec « les Autres ».

L’acceptation

L’acceptation est un processus à la fois simple et compliqué. Accepter c’est (se) dire « okay, il en est ainsi, j’en prends acte », sans jugement. Mais dans les faits, l’acceptation réveille en nous nos plus grandes failles, nos fragilités les plus profondes, et nos peurs les plus intimes aussi. Nous parlerons de l’ego plus en détail dans le chapitre consacré à l’échec ; mais je pense que vous pressentez déjà le rôle immense qu’il peut avoir dans notre position face à l’Acceptation. L’Ego se nourrit de nos ruminations et de nos croyances. Donc en laisser partir certaines, revient à l’affamer ; et il lui faut du temps avant de s’adapter à ce nouveau « régime ».

[…]

Est-ce que ces principes vous parlent ? Qu’est-ce que “l’Acceptation” vous inspire, plutôt de la sérénité ou du renoncement ? Je serais très heureuse de lire vos ressentis à cette lecture en commentaire !


Vous pouvez aussi prendre Rendez-vous directement avec moi pour faire connaissance et discuter de vos projets, et des solutions que nous pourrions envisager pour les concrétiser !


[1] https://www.cnrtl.fr/lexicographie/croyance  & https://fr.wikipedia.org/wiki/Croyance

[2] Transformez votre vie, Louise Hay, p.19

12 commentaires sur “LPOWER : créez votre propre modèle d’accomplissement (1/3)”

  1. Très intéressant ! L’acceptation m’a apporté beaucoup d’apaisement de mon côté et je ne cesse de questionner mes propres croyances me concernant.
    Je repasserai lire la suite à une prochaine pause 😊

    1. Emilie merci beaucoup pour ton retour d’expérience, en effet l’acceptation et le lâcher-prise qui l’accompagne sont en général déclencheur d’une belle sérénité !
      Pour les croyances.. gros sujets 🙂 Nous en aurons toujours, l’essentiel est de commencer par s’interroger sur leur utilité (certaines le sont !); et ensuite ce qu’on décide d’en faire. Il s’agit du tout 1er exercice en téléchargement gratuit si tu souhaites y jeter un oeil 🙂

  2. Tu commences par un angle très humain avec ta propre expérience du développement personnel et les méfiances que cela peut parfois engendrées. Tout de suite, on rentre en relation avec toi, c’est comme si tu étais avec nous, à nous parler.

    Ce que j’ai apprécié dans ce premier extrait est ton enthousiasme à transmettre ces concepts. Il se ressent beaucoup dans ces lignes !

    Je poursuis avec l’extrait 2 😉

    1. Amélie ton retour et ton ressenti à la lecture de ces quelques lignes illustrent exactement ce qui a motivé l’écriture de ce livre en tout premier lieu. Merci vraiment pour tes mots si chaleureux à très vite 🙂

Laisser un commentaire